Emprunts toxiques de la Métropole de Lyon et du Département du Rhône : Un chèque de 424 millions d’euros d’argent public sera versé aux banques !

Les citoyens de Lyon ne l’acceptent pas.
mardi 17 mai 2016
par  webmestre
popularité : 93%

Le 2 mai dernier, devant l’entrée de la Métropole de Lyon, nous étions une trentaine de citoyens issus de divers mouvements (collectif d’audit citoyen de la dette publique, ATTAC, Nuit Debout) pour dire aux élus notre mécontentement ainsi que celui de nombreux « Grand-lyonnais ».

La raison de cette colère ? Le résultat de la « renégociation » avec les banques des emprunts toxiques annoncé quelques jours plus tôt par Gérard Collomb (président de la Métropole de Lyon) et Christophe Guilloteau (président du Département du Rhône).

En effet, malgré les sourires satisfaits de ces élus, il apparait clairement à tous que la note va être très salée pour les finances publiques et pour les citoyens.

Qu’on en juge :

  • une indemnité de 424,3 millions d’euros, pour sortir du caractère toxique des 3 prêts concernés (dont le capital restant n’est que de 217 millions d’euros) versée à la banque (SFIL) qui ne sera jamais jugée pour ces prêts contestables et que nous considérons illégaux car spéculatifs
  • l’autofinancement de la Métropole réduit de 95,5 millions d’euros au détriment du service public (et notamment de l’investissement à venir),
  • plusieurs nouveaux emprunts souscrits par la Métropole et le Département auprès de différentes banques et un encours de la dette de la Métropole qui s’accroit de 179 millions d’euros,
  • le contribuable français ponctionné de 225 millions d’euros pour financer un Fonds de soutien mls en place par l’Etat qui va aider nos deux collectivités locales.

Il s’agit d’un véritable hold-up (délicatement est dénommé « indemnité compensatrice dérogatoire ») réalisé par les banques sur les finances de la Métropole et du Département dont le montant a été fixé par la banque elle-même, selon les conditions des contrats initiaux ! Cette « renégociation » menée sans rapport de force favorable, aura eu pour seule vocation d’obliger les collectivités locales à accepter les conditions voulues par les banques.

Malgré notre rassemblement bien visible, malgré la présence de plusieurs médias qui nous ont interrogés sur le sens de ce rassemblement, les élus de la Métropole ont été très discrets ce jour là et n’ont pas souhaité expliquer leur décision.

Seuls quelques élus communistes, représentants du seul groupe politique qui s’est exprimé en conseil métropolitain contre les termes de cette renégociation, sont venus à notre rencontre.

Cependant nous ne pouvons nous satisfaire du résultat de cette mobilisation qui n’est pas à la hauteur des enjeux financiers en cause dus aux erreurs successives de Michel Mercier (ancien président du Département du Rhône) qui a souscrit ces emprunts puis de Gérard Collomb (président de la Métropole de Lyon) et Christophe Guilloteau (président actuel du Département du Rhône) qui les ont renégociés et qui font maintenant payer la note aux contribuables.

Il est donc nécessaire de poursuivre ce combat. Il est indispensable que les citoyens, les mouvements sociaux, les syndicats, les organisations politiques qui contestent ces choix uniquement favorables aux banques le fassent savoir aux élus de la Métropole et du Département.

Il est indispensable que tous leur demandent de refuser en bloc cet accord désastreux pour les finances publiques et que les actions en justice engagées contre ces banques soient poursuivies.

Seuie l’action du plus grand nombre peut faire évoluer ces accords condamnables.

JJ Lacroix

le 2 mai dernier.pdf

Agenda

<<

2018

 

<<

Novembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois